Le secrétaire général des Nations Unies rappelle au monde l’importance du désarmement.

Le 24 mai, Journée Internationale des Femmes pour la Paix et le Désarmement, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a rappelé au monde l'importance vitale du désarmement. Son message vidéo résume le programme de désarmement qu'il a lancé le 24 mai 2018.

Le 24 mai, Journée internationale des femmes pour la paix et le désarmement, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a publié un message vidéo soulignant l’importance du désarmement, en particulier du désarmement nucléaire.

« Aujourd’hui, l’environnement de sécurité mondial est menacé de tous les côtés », a déclaré M. Guterres. « Les défis nucléaires régionaux persistent. Et les tensions entre rivaux dotés d’armes nucléaires se sont intensifiées

Les pays continuent leur préparation à la guerre dans l'espace. Et ils continuent à développer de nouvelles technologies d'armes, y compris par le biais de cyber-moyens, d'intelligence artificielle et d'armes hypersoniques qui pourraient attaquer à une vitesse sans précédent. »

La vidéo a été diffusée à l’occasion du premier anniversaire du lancement de Assurer notre avenir commun: un programme de désarmement dans lequel le Secrétaire général des Nations Unies met en évidence les objectifs clés du désarmement, établit des liens entre le désarmement et la réalisation des objectifs de développement durable, et fait progresser les approches de sécurité commune en matière de conflits internationaux afin de permettre aux pays de désarmer sans mettre en péril leur sécurité.

« Les États doivent renforcer la sécurité par la diplomatie et le dialogue, et non par la fabrication de nouvelles armes », a déclaré M. Guterres dans son message vidéo. « Dans notre monde tourmenté, le désarmement est le meilleur moyen de prévenir les conflits et de maintenir la paix. Nous devons agir sans attendre. »

Le soutien apporté par le PNND à l’initiative du secrétaire général de l’ONU

Le 24 mai 2018, dans le cadre de la Journée internationale des femmes pour la paix et le désarmement et du lancement du programme Assurer notre avenir commun, des femmes membres du PNND originaires du monde entier ont publié un appel commun intitulé "Sécurité commune pour un monde durable et sans armes nucléaires". L’appel demande aux gouvernements, aux parlements et à la société civile d’agir ensemble pour mettre en œuvre le programme de désarmement du Secrétaire général de l'ONU.

Les parlementaires ont également souligné que :

Les Nations-Unies ont été conçues pour offrir aux pays membres une large palette d’instruments par lesquels les nations peuvent résoudre des conflits, négocier des politiques de désarmement et obtenir la sécurité par la diplomatie, et non pas par la guerre.

Ces instruments ont été complétés par des instruments de sécurité collective additionnels tels que l’OSCE. Nous appelons les gouvernements à faire un meilleur usage de ces mécanismes de sécurité commune, et en particulier à remplacer le recours à la dissuasion nucléaire par le recours à la sécurité commune.

Le PNND travaille actuellement sur une nouvelle initiative avec l'Union interparlementaire, l’Action mondiale des Parlementaires, le Forum parlementaire sur les armes légères et de petit calibre, le Bureau des affaires de désarmement des Nations Unies, le Conseil pour l’avenir du monde et le Geneva Centre for Security Policy afin de développer l’action parlementaire et la coopération pour la mise en œuvre du programme de désarmement du Secrétaire général de l'ONU.

Contactez le bureau du PNND pour plus de détails.

Les signataires l'appel des femmes parlementaires en support du programme de désarmement du Secrétaire général des Nations Unies, lancé lors de la Journée internationale des femmes pour la paix et le désarmement, le 24 mai 2018

La Journée internationale des femmes pour la paix et le désarmement

La Journée internationale des femmes pour la paix et le désarmement a été commémorée par de nombreuses actions dans le monde, notamment par une lettre conjointe d'organisations de femmes appelant le président Trump, le président Moon et le président Kim à mettre fin à la guerre de Corée.

La lettre appelle notamment les décideurs politiques à:

  1. Mettre fin à la guerre de Corée et créer une nouvelle ère de paix. L’impossibilité de s’entendre sur un règlement pacifique de la guerre est aujourd’hui la cause fondamentale des conflits. Abolir l’option militaire reste la mesure la plus efficace pour restaurer la confiance internationale.
  2. Arrêter l’escalade des exercices militaires et les essais d'armes. Contrairement aux engagements pris à Panmunjom et à Singapour, les exercices de guerre américano-sud-coréens ont repris et la RPDC a par la suite entrepris des essais d’armes. Ces mesures déstabilisent et ébranlent directement les conditions nécessaires au dialogue.
  3. Renouer le dialogue pour la démilitarisation de la péninsule de Corée et pour la levée des sanctions, qui nuisent aux citoyens vulnérables et menacent les générations futures.

La lettre a été co-écrite par Women Cross DMZ, Nobel Women’s Initiative, la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté et le Mouvement des Femmes Coréennes pour la Paix.

Des membres du Nobel Women’s Initiative, du mouvement coréen des femmes pour la paix, de Women Cross the DMZ, de Code Pink et de WILPF appellent à établir la paix et mettre un terme à la guerre de Corée.